► Dernières modifications sur le site

Ils nous ont aidés ...

WinPharma :  En savoir plus ....
ligne8.gif
Patrimum Nord de France : En savoir plus ....
ligne8.gif
BPA SA : En savoir plus ....
ligne8.gif

Rupture d'un barrage

Rupture d'un barrage en construction dans la région d'Attapeu
0
0
1.jpg2.jpg
0
Des centaines de personnes étaient portées disparues, mardi 24 juillet, au Laos au lendemain de l’effondrement d’un barrage hydroélectrique en construction dans ce petit pays d’Asie du Sud-Est, a annoncé l’agence de presse officielle laotienne.
Le barrage, situé dans la province d’Attapeu (Sud-Est), non loin de la frontière vietnamienne, s’est effondré lundi soir, libérant 5 milliards de mètres cubes d’eau et faisant « plusieurs morts et des centaines de disparus », a précisé l’agence de presse officielle du régime. « Plusieurs maisons ont aussi été détruites » dans la catastrophe, d’après l’agence.
0
3.jpg4.jpg
0
Près de 6 600 personnes étaient également sans abri mardi soir et les autorités tentaient de les évacuer de la zone sinistrée. La Thaïlande voisine a envoyé des secouristes en renfort, mais la zone sinistrée est entourée d’une forêt dense, ce qui pourrait compliquer les opérations.
Le premier ministre, Thongloun Sisoulith, s’est rendu sur place pour superviser les opérations, d’après l’agence de presse laotienne KPL. Phnom Pen s’est dit de son côté prêt à faire évacuer des habitants de la province cambodgienne de Stung Trend, frontalière avec le Laos, à quelque 70 kilomètres de la zone sinistrée.
Plusieurs dizaines de barrages sont actuellement en construction au Laos, qui exporte la majeure partie de son énergie hydroélectrique vers les pays voisins, notamment en Thaïlande.
Des barrages néfastes pour l’environnement et les économies locales
Depuis plusieurs années, des organisations environnementales expriment leurs inquiétudes quant aux ambitions hydroélectriques du Laos, notamment l’impact des barrages sur le Mékong, sa flore et sa faune, les populations rurales et les économies locales qui en dépendent.
0
 5.jpg6.jpg
00
Le barrage de la province d’Attapeu, un projet de plus de 1 milliard de dollars, est en cours de construction depuis 2013. Il est développé par Xe Pian-Xe Namnoy Power Company (PNPC), une coentreprise formée par la société thaïlandaise Ratchaburi Electricity Generating Holding, l’entreprise coréenne Korea Western Power et la compagnie publique laotienne Lao Holding State Enterprise. 
Selon PNPC, « l’accident a été causé par des pluies continues qui ont fait s’accumuler d’importantes quantités d’eau dans le réservoir » du barrage.
D’une puissance de 410 mégawatts, il devait commencer à fournir de l’électricité à partir de 2019, d’après le site de PNPC. Et 90 % de l’énergie produite devait être exportée en Thaïlande, le reste étant distribué localement.
0
attapeu.jpg


 

Vidéo: Cliquez ici !

(Crédit vidéo "Le Monde")

 
<= Attapeu se trouve ici
ligne8.gif
.

#REPORTERS  Il y a un an, le #Laos faisait les gros titres de la presse internationale lorsqu’un barrage du fleuve #Mékong a cédé, engloutissant des villages et provoquant des inondations spectaculaires. 
Enquête sur un désastre annoncé dans cette vidéo: 

Vidéo: Cliquez ici !

(Crédit vidéo "Reporter - France 24")

* Retrouvez les articles correspondants:  Agence REUTERS   Agence AFP    Agence PLANETE
0
REUTERS  Dans la province d’Attapeu inondée, le 26 juillet. SOE ZEYA TUN / REUTERS
Plus de deux semaines après la rupture d’un barrage dans le sud du Laos, le bilan humain de la catastrophe reste difficile à évaluer : mardi 7 août, le gouverneur adjoint de la province d’Attapeu, où le désastre a eu lieu, a indiqué que 31 corps avaient été retrouvés et que « 130 personnes étaient portées disparues ».
Ce bilan est vraisemblablement très en deçà de la réalité : les experts indépendants parlent, au minimum, de plusieurs centaines de disparus, et certains médias régionaux évoquent le chiffre d’un millier de villageois dont on est sans nouvelles. Environ 6 000 personnes ont dû fuir lors de ce désastre consécutif à la rupture, lundi 23 juillet, d’un barrage encore en construction sur l’un affluent du Mékong : un flot de 5 milliards de mètres cubes d’eau s’est alors déversé dans la rivière Sékong, noyant de nombreux villages.
Dans ce pays « postcommuniste » au régime à parti unique, l’un des plus autoritaires de la région, l’information reste sévèrement contrôlée, ce qui rend encore plus difficile de se faire une idée précise de la situation dans les zones désormais inondées, situées aux frontières du Vietnam et du Cambodge. La province cambodgienne de StungTreng a d’ailleurs, elle aussi, subi les conséquences de la catastrophe, et plusieurs milliers de personnes ont dû être évacuées fin juillet.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi  La rupture d’un barrage au Laos, chronique d’un drame annoncé
Le fait que le premier ministre laotien, Thongloun Sisoulith, ait tenu, au lendemain du désastre, une conférence de presse télévisée – dans un pays sans liberté d’expression pour les médias – donne une idée de l’importance de l’événement. L’accident est un sérieux revers pour la politique énergétique choisie par le régime. S’appuyant sur les perspectives de développement offertes par le potentiel hydroélectrique de ce pays montagneux sillonné de rivières, le gouvernement s’est fixé pour objectif de devenir « la batterie du Sud-Est asiatique » : 51 barrages ont déjà été bâtis, 46 autres sont en construction.
Une telle prolifération de retenues, dont la majorité sont le fruit de collaborations avec des firmes chinoises, n’a de cesse d’inquiéter les spécialistes. La catastrophe du 23 juillet est la première d’importance mais d’autres désastres avaient été évités par le passé, comme en septembre 2017, quand une retenue d’eau sur la rivière Nam Ao, au centre du pays, avait cédé sans faire de victime.
Sur le compte de la pluie
Les experts s’accordent à dire que la catastrophe de la province d’Attapeu n’était pas inévitable, et s’interrogent sur de possibles défauts de construction dans le complexe de barrages réunis sous l’appellation « Xe-Pian Xe Namnoy ». La retenue qui a cédé faisait partie d’un ensemble composé de deux barrages principaux et de cinq auxiliaires, destiné à produire 410 mégawatts. Il aurait dû entrer en fonction en 2019 et fournir son énergie – à 90 % – à la Thaïlande. Pour une fois, ce projet n’était pas chinois mais le fruit d’une collaboration entre une compagnie d’Etat laotienne, une entreprise thaïlandaise et deux groupes sud-coréens.
0
   7.jpg8.jpg
0
AFP  L'effondrement lundi au Laos d'un barrage hydroélectrique en construction, qui a submergé au moins six villages de ce petit pays pauvre d'Asie du Sud-Est, a fait plusieurs morts et des centaines de disparus, ont annoncé mardi les autorités.
Il y a "plusieurs morts et des centaines de disparus", a annoncé l'agence officielle laotienne. Le pape François a envoyé ses "encouragements" aux autorités de ce pays communiste autoritaire, adeptes de la culture du secret, dans leur "assistance aux victimes de cette tragédie".
La Thaïlande voisine a envoyé des secouristes en renfort, mais la zone sinistrée est entourée d'une forêt dense, compliquant les opérations.
Le barrage est situé sur un affluent du Mékong dans la province d'Attapeu, dans le sud-est du Laos. Il s'est effondré lundi soir, libérant cinq milliards de mètres cubes d'eau, l'équivalent de plus de deux millions de piscines olympiques.
Quelques 6.600 personnes étaient également sans abri mardi soir et les autorités tentaient de les évacuer de la zone sinistrée.
Le principal opérateur thaïlandais du projet, Ratchaburi Electricity Generating Holding, a déclaré avoir reçu un rapport de l'exploitant du barrage, la Xe-Pian-Xe Namnoy Power Company (PNPC), confirmant qu'un barrage auxiliaire de 770 mètres de long "s'est effondré". "L'accident a été causé par des pluies continues qui ont fait s'accumuler d'importantes quantités d'eau dans le réservoir" du barrage, précise PNPC.
Des dizaines d'habitations dans la zone inondée sont totalement submergées, d'après des images aériennes filmées par les secours. D'autres, diffusées par l'agence officielle laotienne, montrent des dizaines de personnes, dont de jeunes enfants, entassées dans des barques.
Un total de 53 travailleurs sud-coréens qui se trouvaient sur place ont pu être évacués, selon Séoul.
Près de 24 heures après la rupture du barrage, les autorités continuaient à évaluer l'ampleur de la catastrophe.
"Nous n'avons pas encore d'informations officielles sur les pertes ou sur le nombre de victimes", a déclaré un responsable de la province d'Attapeu sous couvert d'anonymat.
Le Premier ministre Thongloun Sisoulith s'est rendu sur place pour superviser les opérations, d'après l'agence de presse laotienne KPL.
Phnom Pen s'est dit de son côté prêt à faire évacuer des habitants de la province cambodgienne de Stung Trend, frontalière avec le Laos, à quelques 70 kilomètres de la zone sinistrée.
Des dizaines de barrages, financés majoritairement par la Chine, sont actuellement en construction au Laos, notamment sur le Mékong.
"Dix sont déjà opérationnels, 10 à 20 encore en chantier et des dizaines d'autres sont en projets", a détaillé à l'AFP Toshiyuki Doi, de l'ONG Mékong Watch, basée au Japon.
"Batterie d'Asie du Sud-Est"
Enclavé au coeur de la péninsule indochinoise, le Laos, petit Etat rural et montagneux, ambitionne de devenir "la batterie de l'Asie du Sud-Est".
Traversé par un vaste réseau de rivières, le pays communiste tire désormais de l'exportation de l'énergie hydroélectrique une source de revenus importante, exportant la majeure partie de l'électricité vers les pays voisins comme la Thaïlande.
Les organisations environnementales ont exprimé à plusieurs reprises leurs inquiétudes à ce sujet, mettant en avant l'impact des barrages sur le Mékong, sa flore et sa faune, sur les populations rurales, souvent déplacées, et sur les économies locales qui en dépendent.
Jusqu'ici, aucune évaluation environnementale complète n'a été réalisée.
Le barrage Xe-Pian-Xe Namnoy, un projet de plus d'un milliard de dollars, est en cours de construction depuis 2013. Il fait partie d'un projet plus vaste consistant en une série de cinq barrages sur les rivières HouayMakchanh, Xe-Namnoy et Xe-Pian.
Il est développé par Xe-Pian-Xe Namnoy Power Company, une coentreprise formée par la société thaïlandaise Ratchaburi Electricity Generating Holding, l'entreprise coréenne Korea Western Power et la compagnie publique laotienne Lao Holding State Enterprise.
D'une puissance de 410 mégawatts, il devait commencer à fournir de l'électricité à partir de 2019, d'après le site de PNPC. Et 90 % de l'énergie produite devait être exportée vers la Thaïlande, le reste étant distribué localement.
Un autre projet gigantesque est actuellement en cours au Laos: le barrage hydroélectrique de Xayaburi, construit par le groupe thaïlandais CH Karnchang dont le coût est évalué à 3,8 milliards de dollars pour une puissance de 1.285 mégawatts. Sa construction cause des tensions avec les pays voisins comme le Vietnam et le Cambodge qui craignent que cela perturbe leurs écosystèmes.
La catastrophe de Xe Pian-Xe Namnoy montre clairement que "ces barrages présentent des risques majeurs face à des phénomènes météorologiques extrêmes comme de très fortes pluies", a estimé Maureen Harris, de l'ONG International Rivers, interrogée par l'AFP.
"Or, ces phénomènes imprévisibles sont de plus en plus fréquents au Laos et dans la région en raison du changement climatique", a-t-elle ajouté.
0
9.jpg
0
PLANÈTE  La rupture d’un barrage au Laos, chronique d’un drame annoncé
Un flot de cinq milliards de mètres cubes d’eau a été libéré lundi soir, submergeant au moins sept villages dans le sud-est du pays. Plusieurs morts sont à déplorer.
Par Bruno Philip et Harold Thibault Publié le 25 juillet 2018 à 06h38 - Mis à jour le 25 juillet 2018 à 14h23
Combien de personnes ont disparu dans la province d’Attapeu, dans le sud-est du Laos ? Les autorités laotiennes étaient incapables de le dire après que la rupture du barrage Xe-Pian Xe Nanmoy a libéré, lundi 23 juillet vers 20 heures, un flot de cinq milliards de mètres cubes d’eau qui a submergé au moins sept villages, emporté les maisons et contraint des habitants à se réfugier sur le toit des bâtiments restés debout, ou dans les arbres.
« Des centaines de personnes » manquent à l’appel, se contentait d’évaluer l’agence de presse officielle KPL, mardi 24 juillet. Dans cette région reculée d’un pays montagneux, et où le pouvoir se démarque par son opacité, le bilan est incertain.
Dans la matinée de mercredi, le consulat de Thaïlande au Laos faisait état de dix-neuf corps retrouvés. « Il y a 131 disparus », a finalement déclaré, mercredi dans la journée, le premier ministre Thongloun Sisoulith, alors que l’agence de presse officielle évoquait jusqu’ici « des centaines de disparus ».
Des images de la chaîne ABC Laos News montrent des villages dont ne dépassent plus de l’eau boueuse que les arbres et les toits. Dans une vidéo, une femme traumatisée monte avec son bébé dans une barque en bois et explique que sa mère est toujours réfugiée sur un arbre. Au moins 6 600 personnes sont sans logement.
La retenue est située sur un affluent du Mékong dans une région à l’extrême-sud, non loin des frontières du Vietnam et du Cambodge. Le projet de cette retenue d’eau, dont 90 % de la production était censé bénéficier à la Thaïlande une fois les travaux finis, est le fruit d’une collaboration entre l’Etat laotien, une entreprise thaïlandaise et deux groupes sud-coréens, dont une branche de SK, l’un des principaux conglomérats de Corée du Sud.
Le projet de 410 mégawatts devait entrer en opération en 2019. Il consiste en deux barrages principaux et cinq retenues auxiliaires qui devaient permettre de détourner trois branches de rivière. La filiale ingénierie et construction de SK a annoncé que la partie haute de l’un des ouvrages auxiliaires « a été emportée » dans la soirée de dimanche, après plusieurs jours de fortes pluies.
La retenue de 770 mètres de long et 16 mètres de haut aurait cédé un jour plus tard. Cinquante-trois travailleurs sud-coréens ont été évacués. Ce scénario interroge sur les faiblesses du système d’alerte des populations locales, même si le groupe SK dit avoir « immédiatement alerté les autorités et commencé à évacuer les villageois » dimanche soir.


Date de création : 08/01/2019 09:32
Dernière modification : 14/02/2019 08:30
Catégorie : Projets - Réalisations - Année 2018
Page lue 91526 fois

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

C'est ici qu'on cause ... (notez votre nom dans le petit rectangle)

Vidéos musique traditionnelles Lao

Voici quelques vidéos de musique Lao

Bénévolat

benevolat.jpg

Comme toute association nous manquons de bénévoles…. si vous désirez nous aider dans nos projets, vous êtes le bienvenu !

Il vous suffit de prendre contact avec Mr Amand Panien à l'adresse mail : apanien@gmail.com

A bientôt ?

Mentions légales

Conformément aux dispositions des articles 6-III et 19 de la loi n°2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) les présentes mentions légales sont portées à la connaissance des utilisateurs et visiteurs du site : actionfrancelaos.free.fr.

Le site "Action France-Laos" est accessible à l’adresse suivante : http://actionfrancelaos.free.fr

L’accès et l’utilisation de "Action France-Laos" sont soumis aux présentes mentions légales détaillées ci-dessous ainsi qu’aux lois et/ou règlements applicables.

La connexion, l’accès et l’utilisation de ce site impliquent l’acceptation intégrale et sans réserve de toutes les dispositions des présentes mentions légales.

Ce site est affiché avec GuppY 6, un CMS libre respectant les bonnes pratiques, la sécurité, la vie privée et la protection des données personnelles des utilisateurs.


INFORMATIONS LEGALES

En vertu de l’article 6 de la loi n°2004-575 du 21 juin 2004 (LCEN) l’identité des intervenants dans le cadre de la réalisation du site et de son suivi est portée à la connaissance des visiteurs :

- le site "Action France-Laos" est édité par Jean-Michel Leclercq domicilié au 10, rue de la bascule 59480 La Bassée, jm.leclercq59@free.fr en tant qu’administrateur du site et directeur de la publication.

- le site est hébergé par FREE dont l'adresse est Service National Consommateur 75371 Paris cedex 08 et/ou 3244

- tous les internautes qui naviguent, lisent, visionnent et utilisent le site "Action France-Laos" sont considérés comme utilisateurs.

- en utilisant le site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de ces conditions et les avoir acceptées, celles-ci pourront être modifiées à tout moment et sans préavis. Je ne saurais être tenu pour responsable en aucune manière d’une mauvaise utilisation du service.


PROPRIETE INTELLECTUELLE

Tout le contenu du présent site, incluant, de façon non limitative, les graphismes, images, textes, vidéos, animations, sons, logos, gifs et icônes ainsi que leur mise en forme sont sous licence CeCILL ou sous la licence d'origine pour les scripts utilisés.

Toute reprise d'article, de nouvelle, de billet, de documentations diverses ou de posts sur le forum de "Action France-Laos" devra comporter une citation de la source avec un lien direct vers l'original.

Pour toute demande d'autorisation ou d'information, veuillez me contacter par la page Contact du site. Des conditions spécifiques sont prévues pour la presse.


POLITIQUE DE CONFIDENTIALITE

Conformément aux dispositions de l’article 5 du règlement européen 2016/679, la collecte et le traitement des données des utilisateurs respectent les principes suivants :

  • Les données ne peuvent être collectées et traitées qu’avec le consentement de l’utilisateur propriétaire des données.
     
  •  La collecte et le traitement des données sont limitées au maximum pour l’affichage du site, pour les commentaires, pour les messages sur le forum, pour le traitement des préférences des membres. Chaque membre peut modifier, supprimer ses préférences à tout moment.
     
  • L’éditeur du site s’engage à garantir l’intégrité et la confidentialité des données collectées.

Conformément aux exigences de l’article 6 du règlement européen 2016/679, la collecte et le traitement des données à caractère personnel n’interviennent que si l’utilisateur a expressément consenti au traitement.


Les données à caractère personnel collectées sur le site sont :

  • pour les visiteurs : le pseudo, l’adresse IP, l’adresse courriel après acceptation formelle dans un formulaire contact, commentaires, forum.
     
  • pour les membres :  le pseudo, l’adresse IP, l’adresse courriel après acceptation formelle dans le formulaire d’inscription avec leur traitement pour la sauvegarde des préférences.

L’hébergement des données du site "Action France-Laos" est assuré par FREE dont l'adresse est Service National Consommateur 75371 Paris cedex 08 et/ou 3244

Les données collectées et traitées par le site sont exclusivement hébergées et traitées en France.

L’éditeur de "Action France-Laos" assure le traitement et la protection des données, il peut être contacté par la page Contact de ce site.


Les droits de l’utilisateur et les procédures de mise en œuvre des droits de l’utilisateur

Conformément à la réglementation, l’utilisateur possède les droits énumérés ci-dessous, pour faire droit à sa demande, il est tenu de communiquer ses nom, prénom et adresse courriel,

L’éditeur du site est tenu de répondre à l’utilisateur dans un délai de trente jours maximum.

  • Droit d’accès, de rectification et droit à l’oubli
    L’utilisateur peut prendre connaissance, mettre à jour,modifier ou demander la suppression des données le concernant par la page Contact du site. S’il en possède un, l’utilisateur peut supprimer son compte en cliquant sur « Mon compte » dans la boite Préférences, puis en supprimant ses préférences,
     
  • Droit à la portabilité des données
    L’utilisateur peut demander la portabilité des données personnelles détenues pas le site en faisant une demande par la page contact du site,
     
  • Droit à la limitation et à l’opposition du traitement des données
    L’utilisateur a le droit de s’opposer au traitement des données par le site sans que le site puisse refuser,
     
  • Droit de déterminer le sort des données après la mort
    Il est rappelé à l’utilisateur qu’il peut organiser le devenir de ses données collectées et traitées s’il décède, conformément à la loi n°2016-1321 du 7 octobre 2016,
     
  • Droit de saisir l’autorité de contrôle compétente
    Si l’éditeur du site décide de ne pas répondre à la demande de l’utilisateur, et si celui-ci souhaite contester cette décision, il est en droit de saisir la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) - https://www.cnil.fr – ou tout juge compétent.


Obligations du responsable du traitement des données

L’éditeur du site s'engage à protéger les données à caractère personnel collectées, à ne pas les transmettre à des tiers hormis dans un cadre judiciaire, à notifier l'utilisateur en cas de rectification ou de suppression des données.

Sur le site "Action France-Laos", le protocole http est utilisé, une protection admin est mise en place, la mise à jour est appliquée à chaque sortie d’une nouvelle version de GuppY pour une meilleure protection des données personnelles.

Dans le cas où l'intégrité, la confidentialité ou la sécurité des données à caractère personnel de l'utilisateur est compromise, le responsable du traitement s'engage à informer l'utilisateur par tout moyen.


Cookies

Le site a recours aux techniques de "cookies" lui permettant de traiter des statistiques et des informations sur le trafic, de faciliter la navigation et d'améliorer le service pour le confort de l'utilisateur.

Pour l'utilisation de fichiers "cookies" impliquant la sauvegarde et l'analyse de données à caractère personnel, le consentement de l'utilisateur est nécessairement demandé. L'utilisation de ces "cookies" et des données personnelles est strictement limitée à ce site.

Ce consentement de l'utilisateur est considéré comme valide pour une durée de 365 jours . A l'issue de cette période, le site demandera à nouveau l'autorisation de l'utilisateur pour enregistrer des fichiers "cookies" sur son disque dur.


1. Opposition de l'utilisateur à l'utilisation de fichiers "cookies" par le site

Il est porté à la connaissance de l'utilisateur qu'il peut s'opposer à l'enregistrement de ces "cookies" en configurant son logiciel de navigation.

Dans le cas où l'utilisateur décide de désactiver les fichiers "cookies", il pourra poursuivre sa navigation sur le site. Toutefois, tout dysfonctionnement du site provoqué par cette manipulation ne pourrait être considéré comme étant du fait de l'éditeur du site.


2. Description des fichiers "cookies" utilisés par le site

L'éditeur du site attire l'attention de l'utilisateur sur le fait que les cookies suivants sont utilisés lors de sa navigation :

- pour les visiteurs : GuppYConnect6, GuppYCookie6, GuppYCrypt, GuppYScreen, leur durée de vie est la durée de la connexion.

- pour les membres connectés :  GuppYConnect6, GuppYCookie6, GuppYCrypt, GuppYScreen, GuppYUser6, leur durée de vie est de 365 jours, sauf si vous vous déconnectez, dans ce cas ils seront supprimés, à la reconnexion ils seront recréés.

- pour les utilisateurs de services :  GuppYPost6 (blog, forum, livre d'or, nouvelles, recommander, réactions aux articles), GuppYPref6 (inscriptions, connexion, administration), GuppYContact6 (contact avancé), GuppYAdmPref6 (administration), GuppYConnect6 (connexion, administration).

Les cookies GuppYPref6, GuppYConnect6, GuppYCrypt, GuppYUser6 sont cryptés pour la sécurité du contenu, avec la possibilité de changer la clé de cryptage pour l’éditeur du site.

En naviguant sur le site, il est porté à connaissance de l'utilisateur que des fichiers "cookies" de tiers peuvent être enregistrés.

De plus, le site intègre des boutons de réseaux sociaux, permettant à l'utilisateur de partager son activité sur le site. Des fichiers "cookies" de ces réseaux sociaux sont par conséquent susceptibles d'être stockés sur l'ordinateur de l'utilisateur lorsqu'il utilise ces fonctionnalités.

L'attention de l'utilisateur est portée sur le fait que ces sites disposent de politiques de confidentialité propres, possiblement différentes de celles présentées ici.

L'éditeur du site invite les utilisateurs à consulter les politiques de confidentialité et de gestions des données personnelles de ces sites.


LOI APPLICABLE ET JURIDICTION

Les présentes Mentions Légales sont régies par la loi française. En cas de différend et à défaut d'accord amiable, le litige sera porté devant les tribunaux français conformément aux règles de compétence en vigueur.
 

CONTACT

Pour tout signalement de contenus ou d'activités illicites, l'utilisateur peut contacter l'éditeur par la page Contact de ce site ou par courrier recommandé avec accusé de réception adressé à l'éditeur aux coordonnées précisées dans les présentes mentions légales.

Lire la suite